Contractions au Théâtre Paris Villette

 

C’est un jour pour… découvrir le Théâtre Paris Villette.

Nous connaissons la Villette pour son parc gigantesque, ses salles de concerts à ne plus savoir qu’en faire, ses festivals estivaux, ses soirées éclectiques, sa Cité de la musique… Mais ne manquons pas de nous y attarder pour son théâtre, fraîchement réouvert. Il y a quelques semaines, le Théâtre Paris Villette a fêté sa réouverture, avec à sa direction Valérie Dassonville et Adrien de Van. Deux personnages du métier, tous deux très complémentaires et partageant un goût commun pour la création théâtrale et la direction de lieu.

.

Place à la jeunesse

Ce duo a fait le choix de construire son programme autour de la jeunesse et de la rencontre. Le terme de jeunesse est à prendre dans toute sa polysémie : on parle de l’âge du public, des artistes ou des textes ; mais également de la jeunesse d’une expérience théâtrale puisque le but est aussi d’attirer des personnes qui n’ont jamais osé pousser la porte d’un théâtre. Ce qui semble être au cœur du projet est le mélange des générations. Valérie Dassonville nous explique que son dessein est de proposer un programme accessible à tous : « Un peu comme l’a fait Pixar au cinéma avec des films qui touchent les petits, mais aussi les grands, qui ne sont plus seulement des accompagnants mais bien des spectateurs. » Ainsi, la programmation s’articule au fil des saisons autour de thèmes universels, capables de toucher les petits comme les grands.

Un lieu de rencontre et d’échange

Pour ce faire, le Théâtre Paris Villette est un lieu de rencontre, d’échange et de création où l’on se sent bien et où l’on ne peut avoir qu’envie de revenir. En somme, c’est un lieu culturel atypique où il fait bon passer son temps libre.

Le théâtre s’organise autour de 3 espaces :

–       La grande salle. Un magnifique lieu insolite de 200 places. La salle a en effet gardé l’architecture d’origine du lieu avec de magnifiques arches héritées de l’ancienne Bourse aux cuirs.

Photothèque - 199

–       La salle blanche. Une petite salle très intimiste et conviviale pouvant accueillir 70 personnes et entièrement blanche, ce qui nous éloigne des salles obscures des théâtres classiques.

Photothèque - 217

–       La salle bleue ou salon. Un lieu polyvalent qui peut être tantôt un espace de jeu, tantôt un lieu de répétition, ou bien accueillir un atelier.

L’originalité du lieu réside en sa capacité à faire se mélanger et interagir ces trois espaces. Souvent, ils sont occupés au même moment par des spectacles différents, qui une fois terminés voient leurs publics se retrouver dans le bar et échanger autour de leurs diverses expériences. Le lieu devient alors un terrain de rencontre à la fois artistique et humaine où l’on se sentirait presque chez soi. La décoration du bar y est pour beaucoup avec des canapés et des meubles chinés aux couleurs vives qui nous transportent dans une atmosphère conviviale et familiale.

Un lieu de création

Le théâtre Paris Villette est également un lieu de création extrêmement vivant. Des ateliers sont régulièrement organisés avec les artistes autour des spectacles. La pièce Montagne 42 a par exemple donné lieu à une collaboration avec l’école d’art Olivier de Serres. Le metteur en scène a proposé de rejouer une même scène plusieurs fois pour que les élèves puissent dessiner la prestation théâtrale. Les dessins seront exposés lors de la première qui aura lieu ce jeudi 6 février. La particularité de ce théâtre réside ainsi dans un dialogue direct entre le public et les artistes.

Contractions de Mike Bartlett

Anne Gayan

Ainsi, j’ai moi-même poussé la porte de ce théâtre pour y découvrir la pièce de Mike Bartlett, « Contractions ». Dans la salle blanche, nous sommes les témoins d’un entretien des plus dynamiques entre une employée et sa supérieure. Ce duo nous interroge sur l’aliénation du monde du travail sur la vie privée et sur les relations professionnelles. La pièce s’organise autour de quinze tableaux qui débutent tous de la même manière : l’employée se rend dans le bureau de sa supérieure. Cette répétition se transforme rapidement en une spirale cauchemardesque où l’on assiste à la déchéance de l’employée.

« Contractions » est une pièce qui dérange, tant par son humour noir et son cynisme que par la finesse de jeu des comédiennes qui sont perpétuellement face au public et le fixent avec insistance. Je ne saurais que vous recommander d’aller voir ce spectacle, qui, en tendant parfois vers l’absurde et le comique, nous questionne sur notre société actuelle et les contraintes professionnelles qui peuvent être infligées aux salariés.

Cette pièce courte nous secoue et nous trouble grâce à un texte cru et à la très belle performance des deux comédiennes.

Marie Nonell

« Contractions » jusqu’au 8 février au Théâtre Paris Villette

Tout le programme du Théâtre ici 

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s