Interview de Yuna

C’est un jour pour… Ecouter Yuna 

securedownload

Yuna, c’est une artiste aux multiples talents à ne pas rater. Originaire de Malaisie, la jolie chanteuse décomplexée et charismatique vit désormais aux Etats-Unis et fait de plus en plus parler d’elle comme star montante de la pop. Récemment en une du Elle Malaisien, sur scène lors du festival Coachella, la belle ne cesse de conquérir le coeur du public. On la découvre en 2012 avec « Live your life » réalisé par ni plus ni moins que Pharell Williams, l’homme qu’on ne présente plus. Elle revient aujourd’hui avec un nouvel album « Nocturnal« . On y rencontre une jeune femme à la voix perçante qui nous conquiert par ses textes mélancoliques sur des rythmes alliant électro, musique du monde, R&B et pop. Yuna, c’est un peu un renouveau de fraîcheur apporté à notre Ipod avec des chansons sur lesquelles il est impossible de ne pas groover doucement. Le mois dernier, C’est Un Jour Pour a rencontré la chanteuse dans la capitale, à l’occasion de son concert au Point Ephémère. Un coup de coeur on vous dit.

CUJP : Bonjour Yuna, peux-tu nous dire comment t’es venu ton goût pour la musique ?

Yuna : Il me semble que j’ai découvert que j’étais capable de chanter quand j’avais 6 ans. Quand je m’en suis rendue compte, je me suis dit « Et si je découvrais encore plus de musique ?« . Je voulais tout connaître, tout écouter et j’étais branchée à la radio en permanence, en me demandant « C’est quoi ce titre, et celui là ? ». C’est un peu fou quand on y pense parce qu’à l’époque il n’y avait pas internet, alors j’attendais que les présentateurs radio disent le nom de l’artiste à la fin de chaque chanson : « Ah ok celui là est de No Doubt ». Voilà c’est comme ça que j’ai développé mon goût pour la musique.

Ensuite, j’allais au magasin de CD et je cherchais tout ce que j’avais pu entendre. J’adore No Doubt, Alanis Morisette, etc. Les années 1900 étaient folles en matière de musique alternative et de rock. Dans les années 2000, j’écoutais des choses comme les Spice Girls, les Backstreet Boys mais aussi Lauren Hill. En fait, je voulais découvrir de la nouvelle musique, pas seulement celle que l’on passait sur la radio malaisienne. Et quand Internet est arrivé dans le pays, là j’ai pu découvrir des tas d’autres artistes comme le groupe Feist que j’adore. Je suis très curieuse et j’me dis souvent « Tiens si on voyait ce que ça ça donne… »

CUJP: C’est la première fois que tu viens à Paris ?

Yuna : Non, je suis déjà venue plusieurs fois, mais c’est ma première tournée en Europe. C’est la première fois que je me produis devant un public à Paris. Hier soir (son concert au Point Ephémère ndlr), c’était tellement excitant ! Je pensais qu’il n’y aurait personne, genre 10 personnes. J’aurais adoré passer plus de temps ici. C’est une ville que j’adore pour son architecture, sa culture, ses habitants. Ça m’impressionne une ville où il y a autant d’Histoire, c’est un peu comme Rome.

image006

CUJP: Parlons de ton nouvel album « Nocturnal » ? Comment l’as-tu écrit ?

Yuna : J’écris et compose la plupart de mes chansons moi-même, mais je travaille aussi beaucoup avec des co-auteurs. Pour toutes les chansons, je travaille aussi avec mes producteurs. En fait, techniquement, c’est un album qu’on a écrit tous ensemble.

CUJP: Il y a un thème qui revient souvent dans tes chansons, c’est l’amour. C’est un sujet particulièrement important pour toi ? 

Yuna : Ouais, Ouais, les relations en général c’est un thème important. C’est vrai que ça peut être un sujet qui semble facile, mais pour moi, la vie, c’est être connecté aux autres. Quand on est connecté et attaché à quelqu’un puis qu’on le perd, on peut énormément souffrir. Mais on ne se sent pas seul, parce qu’on sait qu’on n’est pas la seule personne à ressentir ça.

Pour parler d’amour, je me sers de ma propre expérience, mais comme je suis plutôt secrète (je suis du signe du scorpion), j’utilise aussi les histoires d’autres personnes ou je dramatise un peu. Je me vois comme une artiste qui raconte des histoires et j’adore quand les gens se disent « Mais tout ça parle de moi, c’est mon expérience ». J’écris des chansons qui parlent d’amour mais qui sont positives. J’essaie de transmettre un message qui est « Reste fort, va de l’avant ». Je pense que c’est un peu ma responsabilité de parler de ça.

10307214_10152433058055879_7948439102859624869_n

CUJP: Tu tiens également ta marque de vêtements, tu peux nous en parler ? 

Tout d’abord, je tiens une boutique de vêtements en ligne http://novemberculture.com/ . J’ai toujours voulu faire quelque chose dans la mode. C’est une boutique en ligne où je vends des vêtements. D’ailleurs, on a beaucoup de commandes de Françaises, c’est trop cool ! Quand je vois que le commande est pour la France, je me sens obligée d’envoyer un petit mot genre « Bonjour ! ».

Je vais aussi ouvrir bientôt un concept store à Kuala Lumpur où on vendra des vêtements, des fournitures, des objets de déco,  des plantes, des fleurs, etc. Je suis très excitée par ce projet.

Et en même temps, je suis aussi designer de ma propre marque, qui s’appelle « 14 november ». J’aime les vêtements simples chics et modernes. Je pense que les vêtements simples ne sont pas seulement destinés aux femmes musulmanes comme moi, je pense que toutes les femmes peuvent aimer. J’aimerais faire disparaitre cette idée d’oppression. Les gens pensent que quand une femme se couvre, elle est oppressée. Mais ce n’est pas toujours le cas. C’est une libération de pouvoir être soi-même et de faire ce que l’on veut. C’est pourquoi j’essaie de donner un message positif avec ma marque. Je veux faire des vêtements à la fois confortables et classieux.

CUJP: Enfin, tu connais le concept du blog, alors pour toi aujourd’hui c’est un jour pour quoi ?

Aujourd’hui, pour moi, c’était un jour pour boire un café en face de la tour eiffel.

VERSION ANGLAISE

CUJP: Could you explain how you discovered your taste for music?

I thing I discovered that I could sing when I was like 6 years old. When I knew I love singing, I just think “Let’s discover more music” I wanted to listen to everything, to the radio. I wanted to know everything “What is that, what is this?” It’s crazy when we think about it, because at this time Internet did’nt exist. I was waiting for the announcers to say who was the artist “Oh this one is from No Doubt”. This is how I developed my taste for music.

Then I was going to the music store. I love No doubt or  Alanis Morissette. The 90’s were huge on rock alternative music. In The 2000’s I listened to pop music with Spice Girls, Backstreet Boys but also Lauren Hill. I wanted to look for new music, not only the music on the radio. Then Internet arrived in Malaisia and I discovered a lot of other bands like Feist. I’m very curious “Hum let’s see what happened”.

CUJP: This is your first time in Paris?

This is not my first time, I’ve been to Paris a lot of times. This is my first European tour, it is my first time performing in front of people. It is really exciting. Last night, I thought It’s gonna be like 10 people. I wish I had more time. In this city, I’m impressed by the architecture, the culture, the people. There is a lot of history. It’s a city like Rome.

CUJP: Let’s talk about your album, Nocturnal. How did you write it?

I write most of the songs myself but I have some co-writers. For all the songs, I also work with my producers. Technically, we wrote this album all together.

CUJP: In this album, love seems to be an important theme. Is it very important for you ? 

Yeah Yeah, relationship is an important theme. It could be an easy go-to topic. I think life is to be connected to people. You are always connected to someone.  Sometimes, you can loose someone and this could be very hard. But you know you are not alone because a lot of people feel the same. I use my own experience, but in the same time, I’m very secret (i’m scorpio). I use other people story to find my inspiration or I can dramatize a little. I see myself as a story teller, I love when people say “oh yeah everything is about my life, everything is from me”. But I also like to write positive songs. The positive message I’m trying to give is “stay strong, go through it”. It is a little bit of my responsibility to talk about that in my songs.

CUJP: You also have a clothes’ brand. Told us about it !

First of all, I have a closing store “novemberculture.com” this is an online store where I sell closes. We actually have a lot of orders from France and it is so cool ! When I see that came from France I’m sending a message to the customers like “bonjour” ! This is my fashion project, I always wanted to do something with fashion.

Hopefully, I will open soon a concept store in Kuala Lumpur: clothes, furniture, home decor, plants, flowers, etc.  I’m really excited about this project.

At the same time, I’m also designing my line called “24 November”. I like modest-chic-modern clothing. I feel like modest clothing is not only for Muslim women, I feel like anybody can embrace this. Sometimes, you just want to cover yourself, there are girls like that. I want to eliminate the concept of oppression. People think that when you cover up, it is oppression, but it is not always like this. It is liberating to be able to be yourself and to do what you want. This is why I think my brand is giving a very positive message to people. I want to continue making really classy confortable clothes to women.

CUJP: Finally, you know the concept of the blog, so today is a day to do what ?

Today for me, it was a day to take a coffee in front of the Eiffel Tower.

Propos recueillis par Marie Lou Kukiche

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s