Interview de Pethrol

C’est un jour pour rencontrer Pethrol.

Découvert il y a quelques temps déjà avec Black Gold, premier EP posté sur Soundcloud, ce groupe de lyonnais a eu le temps d’en sortir un nouveau depuis, sous le titre de Golden Mean. Après une rencontre quasi fortuite, un soir où ils jouaient dans un bar parisien, Cédric Sanjuan, le batteur, Héloïse Derly, la chanteuse, et Guillaume Héritier, parolier et manager de l’équipe, nous ont accordé un peu de temps pour répondre à quelques questions, au beau milieu de leur tournée.

pethrol live

C’est un jour pour : Vous sortez tout juste du Fusion Festival, pas loin de Berlin, où je crois d’ailleurs qu’il y avait pas mal d’artistes français. C’était bien ?

Héloïse : C’était fou. Un festival libertaire ou l’ambiance est incroyable, une sorte d’utopie.
Cédric : J’ai eu la chance de faire beaucoup de festivals dans le monde et le Fusion a véritablement une âme, quelque chose d’inexplicable s’en dégage. Le top au niveau international.

CUJP: Quelques jours avant vous êtes aussi passés par Leipzig. Le public allemand vous a réservé un bon accueil ?

Héloïse : En fait, Leipzig a été une halte sur la route pour se reposer et retrouver des amis. Nous avons pu faire un peu de musique dans un squat d’artistes, une galerie alternative au sein de laquelle nous avons effectué un bœuf musical. On a d’ailleurs rencontré une plasticienne vraiment cool dans ce lieu atypique, c’est elle qui nous a hébergé. C’est l’occasion de lui faire une dédicace : Big Up Céline Germès !

 

 

CUJP: Si on reprend au début… comment en êtes-vous arrivés à jouer ensemble ?

Cédric : Nous nous sommes justement rencontrés lors d’un bœuf dans les pentes de la Croix-Rousse, comme vous l’avez compris, nous aimons beaucoup l’improvisation.
Héloïse : Tout de suite, nous avons senti une envie commune de créer, d’expérimenter des sons nouveaux et de composer plusieurs morceaux qui se sont avérés être le lancement de Pethrol.

CUJP: Le groupe est composé de trois personnes, mais seulement deux d’entre vous sont sur scène. Ce choix s’est-il fait naturellement ?

Héloïse : Tout à fait naturellement. La recherche musicale dans Pethrol est l’essence même du projet, mais cette musicalité s’articule autour du travail d’écriture de notre parolier et manager Guillaume Héritier. C’était en ce sens tout à fait logique que Pethrol soit un trio, nous ne nous rendions même pas compte que nous étions en train de monter un groupe

CUJP: D’ailleurs Guillaume, j’ai appris que tu venais de lancer de nouvelles collaborations avec différents artistes, bravo ! Est-ce que, toutefois, cela va influencer l’évolution de Pethrol en tant que projet artistique ?

Guillaume : Merci beaucoup. C’est une suite logique que d’entreprendre et de nous donner les moyens d’aller le plus haut possible, dans l’idée de prendre du plaisir et de vivre des moments exceptionnels. Avec mon associé Grégoire Potin, nous avons donc décidé de créer notre propre structure avec des artistes découvertes et des artistes déjà repérés sur la scène internationale. Cela va nous permettre de toiser d’autres univers et de faire fructifier notre travail en croisant les réseaux de nos artistes. Cela sera bien entendu bénéfique à Pethrol, c’est l’idée, ce projet nous prend aux tripes.

CUJP: Pourquoi avoir choisi de chanter en anglais plutôt qu’en français ?

Héloïse : C’était une évidence, l’envie de créer un univers mystérieux et de toucher un public large.

CUJP: Et le nom de « Pethrol », c’est parce que vous avez des actions chez Total ?

Cédric : En effet, on ne va pas chez eux par hasard… Plus sérieusement le mot Pethrol symbolise un contraste entre une ressource rare, précieuse et quelque chose de négatif et destructeur. Le nom Pethrol est aussi un hommage à l’album « Bleu Pétrole » d’Alain Baschung.

CUJP: Le Black Gold EP parle de pleurs d’automne, d’odeurs pluvieuses… Quelle est son histoire ?

Guillaume : Black Gold est l’EP qui a lancé Pethrol. C’était la première fois que nos trois univers créatifs se rencontraient. Nous souhaitions que dans la forme cet EP soit maîtrisé et abouti, quand dans le fond nous souhaitions nous laisser une marge de liberté et d’expérimentation, comme au sein d’un laboratoire.

CUJP: Et maintenant, Golden Mean, sorti le 13 janvier. Le clip de Blood of the Unicorn en dresse la situation, avec une route qui relie deux continents. Qui est The River ? Et comment avez-vous découvert cet endroit ?

Héloïse : L’idée était d’entretenir un lien fort avec des références mythologiques.
Guillaume : Oui, d’ailleurs the River est inspiré du personnage mythologique Céphise qui est un dieu fleuve, père de Narcisse, encore une fois une parabole et un fond plutôt littéraires donc. Ce territoire vient de l’idée de créer un univers, d’inventer un monde au sein duquel notre musique deviendrait un hymne et un décor naturel, notre cocon.

CUJP: Derrière les notes de synthé, on retrouve souvent ces tons quasi tribaux qui entraînent l’auditeur. D’où ses sonorités vous viennent-elles ?

Cédric : Nous aimons vraiment nous nourrir de beaucoup d’ambiances sonores et de sons. Nous piochons à gauche et à droite ces petites phrases musicales afin de les réinterpréter et d’en faire quelque chose.
Dans Pethrol nous jouons avec des rythmiques parfois militaires, africaines ou bien des passades plus mélodiques et planantes. Nous aimons beaucoup cet entre-deux.

CUJP: Des projets, à court terme ? Peut-on espérer de nouvelles sorties chez Jarring Effects ?

Guillaume : Beaucoup d’actualités arrivent pour nous.
Notamment le prochain EP « GoldMund » qui sortira sur l’automne. Celui-ci clôturera une œuvre en triptyque puisque ces trois EPs ont été d’emblée imaginés comme une trilogie, d’où la déclinaison dans le nom des projets.
Cet EP ne sortira pas chez Jarring Effects avec qui nous avançons pour autant sur des projets de manière chronique. Nous venons par exemple tout juste de sortir un vinyle.
Nous avons également prévu plusieurs clips avec de nouvelles équipes de vidéastes. Nous sommes très impatients de vous montrer tout ça.
Héloïse : Nous avons aussi des dates, des surprises et une résidence qui va nous permettre de proposer de nouveaux morceaux, une nouveau set pour nos concerts.

CUJP: Dernière question : aujourd’hui est un jour pour quoi  ?

Guillaume : C’est un jour pour partir en road trip.
Cédric : C’est un jour pour enregistrer notre nouvel EP en studio et pondre une bombe.
Héloïse : C’est un jour pour pondre une bombe qui nous permettra ensuite de partir en road trip sur la tournée !

 

Pethrol sur Soundcloud et sur Spotify

 

Propos recueillis par Mathilde

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s