« Exodus » ou l’art de faire du mauvais avec du beau

En cette période de fêtes peu prolifique en matière de bons films, je me suis laissée tenter par le gros blockbuster de Ridley Scott, Exodus. Même si le genre n’est pas mon favori, je me suis souvent laissée convaincre par de grands films de cette veine, où les scènes d’actions, les bons sentiments, les belles images de synthèse et parfois les bons acteurs, savent nous faire oublier le caractère souvent creux du scénario. De plus, fervente admiratrice du film Les 10 Commandements de Cecil B. DeMille (1955), de la comédie musicale éponyme d’Elie Chouraqui et Pascal Obispo qui a bercé mon adolescence (2000), ou encore du film d’animation Le Prince d’Egypte, je ne pouvais être qu’enthousiaste à l’idée de voir la vie de Moïse revisitée sur un grand écran à grands coups d’effets spéciaux.

 

Quelle ne fut pas ma surprise en voyant comment notre cher Ridley Scott a réussi l’exploit de rendre soporifique l’un des passages les plus intéressants de l’Ancien Testament. Si vous avez la joie de voir le film en 3D, son caractère soporifique s’accompagnera de maux de têtes incessants et de troubles de la vue, qui vous rendront difficile la bonne compréhension du film.

Si l’on pouvait s’attendre à quelques incohérences et lourdeurs narratives devenues communes dans le genre blockbuster, on est cependant surpris de voir que le film du réalisateur du péplum Gladiator est également dénué d’action, chose plutôt compromettante quand on s’attend à voir des scènes de combat à la pelle et à se prendre les Dix plaies d’Egypte en pleine face (on nous avait pourtant dit que 400 grenouilles avaient  été dressées spécialement pour cet épisode ! ). Au lieu de cela, on assiste à un récit lent et mollasson du destin de Moïse, qui a pourtant connu une vie plus que trépidante.

Mon aberration débute lorsque Moïse est confronté pour la première fois à la parole de Dieu. L’épisode du Buisson Ardent est connu de tous, mais comme par peur d’être traité de fanatique religieux, Ridley revisite ce passage de la Bible en accompagnant le fameux buisson d’un enfant colérique et capricieux, censé représenter Dieu, enlevant ainsi tout caractère magique à la scène. La question se pose alors : pourquoi mettre en scène un film sur L’Exode décrit dans la Bible si c’est pour gommer, ou du moins atténuer, toute dimension religieuse ? De la même manière, le réalisateur remet directement en cause la foi de Moïse, qui se veut insolent – parfois même violent – à l’égard de Dieu. Enfin, exit le fameux bâton de Moïse, remplacé par une épée. Voici une dimension qui peut interpeller : à quoi bon proposer un Moïse laïque ?

Les heures passent, certains spectateurs abandonnent et quittent la salle, mais je choisis de rentabiliser le prix (loin d’être dérisoire) de ma place de cinéma 3D, et de laisser une chance au réalisateur en attendant le fameux moment (qu’on espère grandiose, démesuré et grandiloquent) où Moïse sépare les mers en deux pour laisser s’échapper le peuple hébreu. Erreur de ma part, puisque la scène que tout le monde attendait au tournant, est à l’image du film – décevante.

Si l’on devait reconnaître une qualité à ce film, ce serait sans conteste Christian Bale, presque seul à l’écran, qui semble ici à sa place en héros biblique insolent, mais qui ne révolutionne rien pour autant, son interprétation rappelant foncièrement son rôle de justicier masqué torturé pour Christopher Nolan.

En définitive, je vous invite à ne pas vous déplacer pour ce film, à moins de vouloir faire une bonne sieste de 3 heures après un lendemain de fêtes – mais rien se sert de payer un bras et d’avoir des lunettes 3D sur le nez pour faire une bonne sieste. Vous lui préfèrerez sans doute le film de Cecil B. DeMille ou Le Prince d’Egypte pour le côté pédagogique, à visionner bien au chaud sous sa couette, sans modération.

Marie Nonell

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s