Vendredi, « Sola Nocte »

C’est un jour pour … retrouver Vendredi, un an après

J’ai eu le plaisir de pouvoir retrouver le duo Vendredi à l’occasion de leur nouvel EP « Sola Nocte », sorti le 30 mars dernier chez No Format. Une opportunité saisie pour parler avec eux de l’année passée, de leurs projets à venir, leurs nouvelles inspirations et la mythologie grecque, bien entendu.

  • C’est un plaisir de vous retrouver les gars ! Comment allez-vous ?

Ecoute très mal ! PE a perdu une oreille lors d’une visite au Zoo de Vincennes et Charles ne retrouve toujours pas sa carte de RSA …

  • Parlez-nous un peu de ce nouvel EP sorti il y a quelques semaines 

« Sola Nocte » est un EP beaucoup plus féminin, estival et romantique que « Veneris Dies ». Le premier EP mettait en avant le personnage de Vendredi (le sanglier), tandis que celui-ci met à l’honneur la figure de Vénus et son histoire. Les morceaux prennent leurs inspirations davantage dans le Jazz, la Soul et le Funk, même si nous faisons toujours, bien sûr, une belle part aux sonorités concrètes et à la musique orientale et africaine.

  • A la lecture des titres de l’EP, on constate un rapport à la mythologie grecque frappant. Ce rapport était déjà exprimé dans le premier EP mais il semble beaucoup plus marqué dans celui-ci. Un retour aux sources de l’histoire ?

La mythologie gréco-romaine a profondément marqué l’enfance de tout collégien. C’est quand même les récits d’Homère qui nous captivait en cours de français… plus que les compléments d’objet direct ! L’esthétique de ce monde « idéal » et perdu nourrie notre quotidien et il est frappant de constater aujourd’hui encore que le panel des problématiques et sentiments décrits par les poètes de l’Antiquité ont encore tout leur sens au XXe siècle.

  • On y retrouve aussi une certaine dimension de fantasme, de désir, de passion impossible à travers les figures de Vénus et Adonis.

Nous nous sommes bien sûr inspirés du mythe de Vénus et Adonis, mais celui-ci nous sert de prétexte pour parler d’amour et de désir au sens large, mais également pour parler de la frustration et de la haine que peuvent engendrer les histoires passionnelles que l’on a tous expérimenté un jour.

  • La Vénus dont vous parliez déjà est-elle toujours aussi inaccessible au phacochère ?

Comme nous l’avons dit, la figure de Vendredi reste centrale dans l’ensemble de nos morceaux et c’est la déception que Vendredi va connaître en étant rejeté par Vénus qui sera à l’honneur de notre prochaine sortie.

  • Et Bagheera dans tout ça ?

Bagheera n’était jusqu’alors disponible que sur la face B du Vinyle de « Veneris Dies ». On trouvait dommage qu’il ne soit pas accessible à tous, c’est pourquoi on a décidé de le ressortir en digital sur cet EP.

  • Avez-vous découvert et utilisé de nouveaux objets ou de nouveaux bruits cette année à partir desquels vous avez pu réaliser vos morceaux ?

Petit curieux ! Alors il y a une courroie de scooter chinois Baotian 50cc modèle 2008 et l’œil de verre de Charles tombant dans les toilettes. A toi de découvrir les autres..

  • Je voulais également que vous nous parliez un peu de votre rapport au visuel. Que ce soient vos couvertures d’EP ou votre dernier clip Adonis,  on sent un travail réfléchi et minutieux sur le visuel. Comment le percevez-vous ? Vous mentionniez tous les deux un rapport étroit avec le cinéma dans la précédente interview  mais y-a-t-il un autre élément déclencheur ?

Pour la faire courte, nous aimerions davantage être les instigateurs de nos clips, ce qui pour le moment pour des raisons techniques et financières n’a pas été le cas. On a saisi des opportunités en laissant libre les réalisateurs qui se sont appropriés notre travail.

Alors que sur les pochettes, nous avons fait le choix des dessins et de leurs contenus. Pour la dernière pochette, nous avons fait appel à l’illustratrice Amélie Barnathan dont nous étions fans du coup de crayon.

  • 4 titres sur votre dernier EP, c’est un peu frustrant pour nos oreilles… Un projet d’album en cours peut être ?

Il est encore tôt pour savoir s’il s’agira d’un nouvel EP ou d’un album. En tout cas, on bosse déjà sur de nouveaux morceaux. Si vous voulez en entendre davantage, venez nous voir en live, on joue des morceaux exclusifs sans compter tous ceux que nous ne sortirons probablement jamais parce qu’il nous tient à cœur que notre live soit unique et en perpétuel changement.

  • Un(e) artiste qui vous a particulièrement marqué cette année ?

C’est une question à laquelle on a toujours du mal à répondre, il y en a tant… Le nouvel album de Booba est juste d’une extrême profondeur et d’une complexité harmonique inégalée qui nous fascine encore.

  • Et finalement aujourd’hui, c’est un jour pour ?

Aujourd’hui, on vous recommandera de ne pas vous enfermer dans un musée : faites un apéro sur les quais avec ce beau temps !

Retrouver Vendredi sur scène à Paris le 6 mai prochain au Pop Up du Label en 1e partie de Honne.

EP disponible sur Itunes

On vous parlait déjà d’eux par ici

 

La Grande Blonde

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s