« Funk »

SUR LE FUNK, LES CLICHÉS ABONDENT : COUPE AFRO, PANTALONS PATTES D’EPH’, SEXE, DROGUE… AVANT D’ÊTRE UNE MUSIQUE, LE FUNK EST PEUT-ÊTRE D’ABORD UN IMAGINAIRE. L’ADJECTIF «FUNKY» RENVOIE D’AILLEURS MOINS DIRECTEMENT À UN STYLE MUSICAL QU’À UN ÉTAT D’ESPRIT, CARACTÉRISÉ PAR L’OUVERTURE AU MONDE, LA CURIOSITÉ, L’ENJOUEMENT.

Apparu aux États-Unis à la fin des années 50, le funk se caractérise principalement par l’importance accordée à la section rythmique (guitare, basse, batterie) et, de manière plus générale, par la grande place accordée aux instruments. C’est pourquoi le saxophoniste Maceo Parker fait remonter le funk aux premiers tambours : «Un type qui tape sur ses genoux ou ses cuisses avec le plat de la main et qui obtient ce rythme syncopé, très différent de celui du vieux blues ou du swing des big bands. Dum-da-doo-dum-bah ! Sans le vouloir, le cou se met à onduler, tout le corps danse» (d’après Sébastien Dachin, Encyclopédie du rhythm and blues et de la soul).

La description de ce corps en fête – si l’on peut dire – rappelle le lien étroit entre le funk et l’érotisme. Avant d’être une musique ou un imaginaire, le funk se veut sensation. Sous l’effet de la musique, le corps se libère de toutes les pesanteurs du quotidien, de toutes les inhibitions. Comme un «doigt sur la peau» (Bernard Noël, à propos de la poésie), le funk se réduit alors à une pulsation essentielle, à une vibration captivante, qui entraîne autant l’éveil de la chair que celui de l’âme. «Funk» et «fuck» ne sont pas seulement proches phoniquement : ils caractérisent deux activités qui souvent se superposent et s’entrelacent, fût-ce à un niveau tout métaphorique.

« Sans le vouloir, le cou se met à onduler, tout le corps danse » (Maceo Parker)

Mais le funk recouvre aussi – au moins à ses origines – une dimension pleinement politique. Ce style musical est pratiqué en premier lieu par la communauté noire qui exprime les difficultés de son quotidien et sa rage face aux événements politiques du moment. C’est à la fin des années soixante que sont assassinés Martin Luther King et Malcolm X. Ce n’est donc pas un hasard si le mot «funk» signifie en argot américain «puant», «qui sent la sueur», reproche traditionnellement adressé aux Noirs par les Blancs, et repris ensuite à leur compte par les artistes noirs. L’origine du mot proviendrait en fait des Flandres, où «fonck» traduit la peur associée aux odeurs désagréables.

On retrouve cette dimension politique dans les chansons d’un des fondateurs du funk, James Brown.
À plus d’un titre, c’est lui, «the Godfather Of Funk», qui fait le plus puissamment entendre le cri de contestation des Noirs opprimés lorsqu’il chante par exemple en 1968 «Say it loud ! I’m Black and I’m Proud !» («Dites-le fort ! Je suis Noir et j’en suis Fier ! »). Son tube, «Papa’s Got A Brand New Bag» (Papa a un truc nouveau), illustre parfaitement cette musique nouvelle, ramenée à son rythme essentiel, alors en train de naître.

Autour des années quatre-vingt, le funk continue d’évoluer. Le genre s’oriente vers l’électronique suite à l’apparition des synthétiseurs. Earth, Wind & Fire ou encore Kool And The Gang sont les nouveaux porte-étendards de ce style en mouvement.

Aujourd’hui, le funk est devenu un mot passe-partout qui peut caractériser toutes sortes de styles musicaux. Même si le genre s’est essoufflé au cours de son histoire, il n’en demeure pas moins vivant. Ainsi, une grande majorité de samples utilisés dans le rap et le hip-hop proviennent de morceaux funk. Le funk aura simplement fusionné avec d’autres genres pour faire sentir ailleurs, mais toujours aussi intensément, sa folle liberté.

Petrus.

La journée Funky Fresh

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s