Bones – Son Lux

Son Lux, de son vrai nom Ryan Lott, a sorti son 4ème album Bones en Juin dernier. Pour ce faire il s’est entouré de Ian Chang à la batterie et de Rafiq Barthia à la guitare.

 

Le fils lumière (ndlr. traduction de Son Lux) n’en est pas à son coup d’essai. En 2008, alors qu’il débute dans la pub en tant que compositeur, il sort son premier album « At wars with Walls and Mazes » plébiscité par la critique. Par la suite il a travaillé avec différents artistes comme Sufjan Stevens et David Cohn formant le groupe Sisyphus, Lorde ou encore Arcade Fire. Il a écrit et enregistré son deuxième album « We are Rising » en 28 jours pour le RPM Challenge** de NPR music.

Bones marque un véritable tournant dans sa vie d’artiste; il explique dans une interview donnée aux Inrocks qu’il n’est désormais plus un simple musicien mais un véritable interprète. Ce changement se ressent notamment dans ses lives. C’était le cas au Pitchfork festival ou encore à Rock en Seine où il a su transporter le public dans son univers. C’est aussi le premier album où il n’est pas seul – il l’était sur ses trois albums précédents.14ff1a0c

« Breath in », l’intro de ce dernier opus, sonne comme une mise en garde, il nous prévient que nous allons plonger, en apnée, pendant plus de 40 minutes dans un monde mystique. Tout l’album est jalonné de rythmes secs et d’une batterie puissante, le tout mêlé à des mélodies électroniques. On ne peut parler de cet album sans évoquer la voix de Ryan, sombre et rauque. Bones a quelque chose de magique, de prophétique, comme une incantation.

L’écriture est aussi poussée que le travail mélodique. Ainsi, on retrouve les paroles de l’intro (« Breath in ») sur la septième piste « Your day will come », qui nous rappelle notre mort certaine; on notera aussi le contraste sur cette chanson entre le premier couplet et le second :

« Close your eyes / Swallow the sun / You have just began / Your day will come [] Open your ears / And tell me what you hear »

Il pose, de plus, des questions existentielles comme celles présentes dans le morceau « Flight »

« Are we know what well be ? / Are we fixed or free ? »

Ce morceau faisant sans doute écho à « I Am The Others » (track 6) où il énonce que

« You are the most fortunate one / No reason to believe / You have the arms to sound the alarm / But you dont feel the need »

Cependant, je doute que cet album s’inscrive dans un registre contestataire. Ces paroles permettent simplement de donner toute sa puissance à une instru aux sonorités guerrières.

En résumé, cet album est une pure pépite de musique alternative. Bones est un dépaysement total, il vous transportera, comme sur un nuage d’étoiles, à travers un univers spatial et épique. Si vous accrochez, je ne pourrais que vous conseillez que de courir écouter le dernier album de Sufjan Stevens  (Carrie & Lowell) ou encore James Blake (Overgrown) et Sohn (Tremors).

Leur album en écoute ici 

Un défi (puisqu’il n’y pas de gagnant) qui se déroule chaque année au mois de février et qui pousse des musiciens à faire un album complet de 10 pistes ou de 35 minutes en 28 jours.

 

Ubu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s