Ludovic Navarre, St Germain

Après presque 15 ans d’absence, Ludovic Navarre alias St Germain célèbre son retour en grande pompe avec la sortie d’un troisième album simplement intitulé « St Germain ».

Ses deux premiers opus Boulevard & Tourist respectivement sortis en 1995 et en 2000 avaient suffit à faire de lui l’un des plus gros succès de l’histoire de la French Touch. Et près de 2 décennies plus tard, il semblerait que son célèbre triptyque « Sure Thing » « Rose Rouge » « So Flute » n’ait pas pris une ride.

Ce troisième album fait l’effet d’une bombe dans l’univers de la house & du nu jazz – à vrai dire, on ne l’attendait presque plus ! Mais si St Germain s’est fait particulièrement discret, il n’en était pas moins actif. Tout en travaillant sur l’album de son trompettiste & sur quelques remix – comme cet excellent remix de Gregory Porter – St Germain s’était mis en quête de nouvelles sonorités.

Il fallait qu’il s’extirpe de ses précédents succès pour pouvoir de nouveau faire une musique qui lui plaisait. Cette quête fut longue mais l’issue en est gratifiante : « St Germain » est né & il n’a absolument rien à envier à ses prédécesseurs.

C’est la découverte de la deep house africaine & plus particulièrement d’Afrique du Sud qui a permis à St Germain de dépasser ses propres démons.

La sortie de « Real Blues » en mai dernier laissait entendre que ce nouvel album prendrait un peu de distance avec l’ambiance lounge des précédents. Cette fois-ci l’honneur est à la musique africaine. C’est une expédition en plein cœur d’une musique brute où se côtoient de nombreux instruments traditionnels tels que le balafon, le n’goni ou la kora & la chaleur des chants maliens. « St Germain » est le lieu d’une rencontre entre musique du monde & musique électronique.

Ludovic Navarre est parvenu à faire épanouir sa musique, il va au-delà de ses influences habituelles & ose se jeter dans la gueule du loup.
Cette rencontre en terre inconnue rend sa musique véritablement universelle. Une musique, qui comme l’évoque le titre du dernier morceau de l’album « Forget Me Not » peut s’enorgueillir d’être à l’épreuve du temps.

G.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s