C’est un soir pour… découvrir la bass music lilloise

Le samedi 5 mars, la bass music déferle sur la cité lilloise lors de la treizième soirée Grabuge.

Basée dans la capitale des Flandres, l’association Grabuge est créée en mars 2014 par Kevin et Stéphane, deux potes réunis autour de leur passion commune de la « bass music ». La bass music ? Un terme général désignant de nombreux genres musicaux incluant drum and bass, bassline, dubstep et UK garage entre autres. La bass music, c’est le terme générique pour caractériser le mélange entre ces différents genres. Leur point commun, c’est de se concentrer sur les lignes de basses, le groove et le rythme.

 

12790155_10207963166984539_1708894052_o
Crédits photo: Nina’s Pictures

 

Fortement influencés par la proximité des scènes underground belges et outre-Manche (cœur historique de la bass music), Kévin et Stéphane sont très vite rejoints par Martin, un autre amoureux des lignes de basses, puis par Benjamin qui viendra parfaire ce quartet bien huilé. Grabuge est née.

L’association mise d’abord sur la promotion et l’organisation d’événements. Les premiers sont lancés dans les bars de la métropole lilloise. Les quatre compères se chargent de dégoter les nouveaux talents et de les faire découvrir à un public qui se fidélise bien vite. Ils réalisent rapidement que l’association et ses soirées répondent parfaitement à un besoin grandissant qui s’observe dans toutes les grandes villes de France, où un public toujours plus grand se passionne pour cette scène en pleine émulsion. Embraser tous ses sens à coups de basses glamour, vibrer sur un dancefloor aux mille sourires, transpirer le bonheur dans la chaleur des lieux sombres, deviennent l’exutoire de foules galvanisées qui s’entremêlent chaque weekend s’affranchissant des codes sociaux, du fossé générationnel et des chaînes de la bienséance. À travers le paradigme des nouvelles technologies, la bass music dans tous ses sous-genres, avec ses breaks syncopés et ultra-rapides, et ses lignes de basses surpuissantes à très basses fréquences, se nourrit des mouvements rave techno et house, des rythmiques du hip-hop, des breakbeats de funk distordus et accélérés à l’extrême, des basses ronflantes issues du dub, elle fédère et chacun y trouve son compte.

C’est là la raison d’être de Grabuge : rassembler les adeptes de tous genres et horizons autour de la polyrythmie d’une scène urbaine en constante évolution depuis sa création dans les années 90. Aujourd’hui, deux ans après la création de l’association, le nom de Grabuge est devenu gage de soirées de qualité à Lille. Après les petits bars et cafés-concerts, c’est au tour des plus mythiques salles de spectacle de la métropole de faire confiance à l’expertise électronique de nos quatre passionnés. À l’instar de l’Aéronef ou de la Gare Saint-Sauveur, ces grandes structures permettent bientôt à Grabuge de remercier son fervent public en invitant quelques têtes d’affiche internationales (Black Sun Empire, Levela, Maztek, Veak, Gunman…) tout en continuant de dénicher les talents de demain.

Ce sera d’ailleurs le but de l’événement spécial organisé pour les deux ans de l’association ce samedi 5 mars à la Gare de Lille-Saint-Sauveur. La treizième soirée Grabuge sera en effet marquée par la venue de Machine Code (duo side project de Current Value associé à Dean Rodell), producteur allemand de génie, star du mythique label de neurofunk (un courant de drum and bass) Eatbrain. La description du groupe est claire : « les deux compères de Machine Code s’appliqueront en live à sortir des sentiers battus. Ils sont prêts à embraser toutes les sonos qu’ils trouveront sur leur chemin avec une Drum’N’Bass bondissante et hypnotisante, des drops Dubstep époustouflants et une dark Techno qui peuplent avec violence les profondeurs les plus sombres de leurs productions ». Tout un programme. Avec l’invitation d’un tel artiste les membres de Grabuge mettent la barre très haut et font un très beau cadeau à leur public.

 

 

La soirée verra également se produire sur scène plusieurs jeunes artistes et producteurs locaux, dont Obsrvz et Kreez qui déclineront le dubstep sous toutes ses formes tandis que Nitram D, Pelik et Kdjb, tous trois membres de Grabuge, useront de leurs talents de DJs pour embarquer les passagers de la Gare Saint-Sauveur dans un voyage du jungle, terme désignant les origines de la drum and bass, aux confins du genre avec le jump-up, sous-genre en pleine explosion ces dernières années. Si vous n’étiez pas encore convaincus, précisons que l’événement sera gratuit, sublimé par une animation visuelle projetée et qu’il se déroulera dans le cadre idyllique d’une ancienne gare ferroviaire reconvertie en salle de spectacle.

 

 

Liens utiles :

Découvrir Grabuge: sur facebook et soundcloud

Le lien de l’évènement à la gare de Lille-Saint-Sauveur

La programmation de la gare de Lille-Saint-Sauveur

 

Alexandre T.

(avec un grand merci pour mon meilleur copain Kevin et sa connaissance encyclopédique, sans qui l’article n’aurait sûrement pas vu le jour. Vous pouvez vous estimer heureux petits veinards !).

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s