[Expression libre] Dans une rue de Paris

Rue Cloche-perce
Ton cœur sonne
    faux
.       semblant dans la ruée des mondes qui saignent
À bras le corps des villes
Empierrées comme elles ont le corps

   .               lourd

Rigidifiée comme un cadavre

.                    la ville

Dans la pluie mon cœur saigne

.                              la ville

N’essuie jamais les larmes

 

Et la grosse Margot culée entre les pierres
Il y a bien des années

.                      peut être

.                               secret de ville
Et des passions bréhaignes

Dans la pluie mon cœur saigne
Ruée des anges et des mondes
Sur la rue
pourtant
sans colombe
Antique sans colonne
.                            à elle seule

Je voulais
.           un baiser – promesse avant toutes les aubes –
Et suis sous la cognée des ondes

.         sous la furie sans force des frissons du ciel
Entre des murs
.      Sur la pierre
.                 Dans la ville
 .                      Rue Cloche-perce
Tout sonnant de mon cœur qui fêle

Franz.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s