C’est un jour pour… découvrir le football en pente

Le weekend dernier à Bordeaux se tenait la 3ème édition de la Coupe du monde de football en pente. Les jardins du Parc Palmer de Cenon, préparés pour l’occasion, ont accueilli pendant une journée la fine fleur de ce sport complètement fou. Une discipline physique, où les Vikings islandais n’auraient bien entendu fait qu’une bouchée de la France.

 

De la bière, du rire et de la sueur. Un programme qui résume l’état d’esprit qui règne sur les terrains de Cenon en ce dimanche matin. 16 équipes sont au rendez-vous de la 3ème coupe du monde de football en pente. Le football en pente ? “On est parti d’une grosse blague” nous confie Charlotte Hüni, présidente de la très sérieuse fédération internationale de football incliné.

13615329_10154316462231543_1459007026150440625_n.jpg

Le football en pente est une ode au football de notre jeunesse, ce football de cour de récré, où on posait des cartables au sol pour représenter maladroitement deux buts. Sur des terrains de 30 mètres sur 15, tracés dans une pente à 10%, 16 équipes se sont affrontées pour récupérer le titre suprême. Les matchs se sont disputés à six contre six en deux mi-temps de cinq minutes.  Un seul remplacement par match étant autorisé, les poumons des joueurs étaient mis à rude épreuve. A la fin de l’après-midi, ce sont les Shaladais qui sont sortis vainqueurs du tournoi, remportant du même coup le trophée tant convoité et des tee-shirts signés par Jean-Pierre Papin en personne.

27475438383_d0506f460c_h

Créée à l’origine dans le cadre d’un festival culturel et artistique bordelais, la coupe du monde de football en pente a fait de nombreux adeptes. A tel point que ce sont les joueurs eux-mêmes qui ont appelé Charlotte Hüni pour lui demander quand serait organisé la deuxième édition du tournoi en 2015. Un succès qui repose sur une formule toute simple, que Charlotte Hüni a déroulé tout au long de l’interview : “passer une chouette journée”. Et à entendre son temps enjoué, on comprend mieux l’engouement que suscite chaque année cet évènement. “Le football reste avant tout un jeu, qui doit rester marrant”, ajoute-t-elle. Fascinée par ce que génère le football, Charlotte Hüni voyait dans ce sport un excellent moyen de rassembler et de fédérer des personnes d’horizon divers, tout en s’éclatant sur un terrain. La journée est rythmée par différentes animations dans la “Pentezone”: buvette (“qui dit foot dit bière” glisse en riant Charlotte), chorale de supporters avant la grande finale…

13439131_10154316462226543_4029101347619769421_n

“Il n’y a pas de raisons qu’on s’arrête” nous affirme Charlotte. Et pas question de se professionnaliser et de tomber dans les travers du football traditionnel, “le début des emmerdes” selon elle. L’évènement est géré par des bénévoles ; même les arbitres sont sélectionnés parmi les équipes engagées. Un état d’esprit retrouvé toute la journée et notamment chez les dauphins du Mékong, champion des supporters et ambianceurs du tournoi. Un bel évènement donc, qui rappelle que le football est aussi un sport populaire.

13600083_10154316462316543_2324426114057809951_n

Alexandre T

Crédits Photo : Ugo Amez – les autres photos sont visionnables ici !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s