Alors, c’était comment les Solidays ?

Les Solidays ont de nouveau inauguré le début de l’été en beauté. Cette 19ème édition a présenté une programmation éclectique, toujours sous le signe de la solidarité, réunissant pendant trois jours, habitués, futurs bacheliers et amateurs de musiques diverses et variées à l’Hippodrome de Longchamp, prêts à célébrer le début des festivités estivales en bonne et due forme.

Tous les ans, c’est la même rengaine. Les festivals nous fendent le cœur en nous obligeant à choisir entre 2, 3 ou même 4 artistes passant aux mêmes plages horaires. La rédaction de CUJP a du faire un choix, pas toujours facile. Voici son bilan des festivités pour les jours 1 et 2 (le dimanche on l’a passé chez nous)  ;

JOUR 1

C’est un Gaël Faye solaire aux punchlines affutées qui nous a accueillis. Le public était déjà particulièrement réceptif au spectacle. L’auteur de « Petit Pays » et ancien membre du duo Milk Coffee and Sugar a su nous mettre dans l’ambiance avec son phrasé à la fois sec et poétique. Cela promettait pour la suite des festivités.

Comme un seul homme, la foule s’est ensuite ruée de l’autre côté de l’Hippodrome pour assister au « numéro » de La Femme – ne ratant aucune occasion de nous donner du plaisir, elle nous a offert un set qui correspondait à nos attentes. Les différents protagonistes en transe sur la scène semblaient tout droit sortis d’un cabinet de curiosités des années 50. Mais si l’on a apprécié le dynamisme et la cocasserie du groupe, on aurait tout de même préféré qu’il évite le playback.

Fin du concert, nouveau chassé-croisé de festivaliers pour se rendre sur une autre scène, celle où performait le jeune rappeur français Georgio. On est à la limite de la noyade dans la marée d’adolescent(e)s venus hurler le nom de l’artiste jusqu’à s’en arracher les tripes. Et il n’a pas démérité avec un live de qualité (on sait bien que l’exercice est difficile pour les rappeurs), un phrasé clair et précis et des mélodies qui nous ont emportés.

Changement de décor. Quelques écrasements de pieds plus tard, nous sommes de retour sur la scène principale pour écouter Wax Tailor, et bien décidés à nous déhancher. Après deux trois chansons un peu trop calmes pour ambiancer la foule qui se disperse, le DJ propose un hommage à Prodigy en compagnie de plusieurs rappeurs américains survoltés. Enfin, les notes de « Que Sera » raisonnent et l’herbe de Longchamp devient un dancefloor géant.

JOUR 2

C’est en compagnie d’Ibrahim Maalouf et de ses musiciens que nous avons commencé cette deuxième journée. La foule devenue plus dense que la veille rendait de plus en plus difficile de se frayer un chemin jusqu’au devant de la scène. Il semblait que le festival tout entier venait voir la magie de Maalouf à l’œuvre. C’est dire que la musique du trompettiste se fait particulièrement rassembleuse et répondait parfaitement à la bonne humeur des festivaliers.

Plus tard dans la soirée, nous avons eu le souffle coupé devant la performance de House of Pain. Si le trio faisait probablement partie des seniors du festival, il a su nous montrer qu’il maîtrisait toujours son art avec justesse. Alternant entre pur hip hop oldschool et rock alternatif, le groupe a rendu hommage à notre cher Dr. Dre en reprenant « The Next Episode » et bien sûr, au récemment disparu Prodigy. House of Pain a achevé le public déjà complètement extatique en finissant son set en beauté sur le très (très) attendu « Jump Around ».

L’acmé de cette deuxième journée est survenue avec le set des français de Birdy Nam Nam. Les festivaliers, le sourire aux lèvres, ont pu se mouvoir près de 40 minutes sur un set oscillant entre trip hop, funk et musique électronique et quelques remixes de Justice. Clou du spectacle avec un « Abbesses » presque sensuel, dont on aurait voulu ne jamais voir la fin.

Marie N. et G. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s