Le rap à la conquête des Festivals

 C’est un jour pour… Parler rap !

Ce n’est plus un secret, L’industrie Hip Hop est en tête de l’industrie musicale internationale, tandis que le rap est la musique la plus écoutée en France. Cette tendance a des répercussions directes sur les programmations de festivals, qui avaient jusqu’alors encore du mal à inviter des artistes hip hop. L’équipe C’est Un Jour Pour a participé à deux festivals dont les programmations rap étaient plus que garnies : Garorock à Marmande et Dour en Belgique. Retour sur deux expériences riches en punchlines.

Quand Garorock devient Garorap 

Pour sa 23ème édition, le festival marmandais devrait songer à ajuster son nom, tant il nous a régalé d’une programmation rap plus qu’éclectique.

Dès le premier soir, on est mis dans le bain avec un live de rap familial des deux toulousains Big Flo et Oli, suivi d’un show ultra dynamique du jeune Moha la Squale qui a enchanté la foule avec un rap acéré et des acrobaties en pleine canicule. Il nous sert un rap authentique et sincère et parvient à nous faire vivre sa passion malgré l’étendue de la scène.

Crédits Boris Legendre

Deuxième jour, après une courte et (très) chaude nuit au camping, on change d’univers avec le collectif rennois Columbine, dont les fans et groupies surexcités ont envahi la scène Garonne et fait trembler le sol de la plaine de la Fihole. PLK nous a quant a lui proposé un show bouillant vêtu d’un sweat jaune fluo sous 46 degrés – même pas peur de la chaleur, le rappeur déchaîne les foules avec des mouvements transpirants et survoltés.

Crédits Boris Legendre

Samedi, on va encore plus loin avec trois artistes incontournables de la scène française : Alpha Wann, élu kicker francophone de l’été grâce à son premier album studio Une main lave l’autre (stylisé UMLA), Lomepal tantôt mélancolique tantôt hyperactif, et enfin Georgio, notre coup de cœur du jour. Deux ans après son dernier passage à Garorock sous un torrent de pluie, Georgio offre une performance de qualité, pleine de vitalité et d’énergie et ce malgré la canicule. Il réussit à communiquer sa rage de vivre au public et nous fait clairement comprendre qu’il est dans son élément, en allant jusqu’à chanter en pleine fosse et participer aux pogos avec la foule. On adore !

Dimanche, c’est un jour pour terminer le festival en beauté avec, entre autres, les concerts d’Aya Nakamura et de Roméo Elvis, heureux après l’annulation de la 4ème journée lors de l’édition précédente. Comme à son habitude, le rappeur belge a fait monter la température en exigeant des « trous » (pogos) de toute part. Après plusieurs années à sauter dans le public et à blesser des fans (humour), l’étoile du rap belge se contente à présent de s’immerger calmement dans la foule pour renforcer la connexion avec son public et élever le niveau d’intensité de son show.

Le festival nous a même servi un concert surprise sur la scène Deezer – et évidemment, c’est le rap qui a été mis à l’honneur avec Gringe, acolyte d’Orelsan avec les Casseurs Flowters, venu présenter son nouvel album solo « Enfant Lune ». 

Crédits Boris Legendre

Dour Festival: la programmation européenne la plus impressionnante de l’été 2019 ?

Crédits Boris Legendre

Pour la 31ème édition, les organisateurs du Dour Festival ont frappé très fort avec une programmation internationale éclectique à la pointe des tendances. Un événement à la fois accessible et pointu, où l’on croise au détour des allées : kids à casquettes, irréductibles rockeurs, nouvelle génération, clubbers invétérés ou encore fêtards noctambules. Véritable alternative européenne aux Coachella et autres mastodontes américains, Dour accueille durant 5 jours pas moins de 250 000 visiteurs et 252 groupes répartis sur 8 scènes au cœur d’un champ d’éoliennes. Le cru 2019 était composé de 55 artistes belges-dont 4 têtes d’affiche, ainsi que de 30 autres nationalités représentées. Ils sont venus jouer techno, trance, psytrance, drum&bass, dub, reggae dub, house, ambient… mais également beaucoup de rap, autant francophone qu’anglophone. On retiendra aussi de cette 31ème édition le nouveau record de fréquentation pour Dour Festival, avec plus de 251.000 visiteurs cumulés (et un pic le samedi à 53 000).

Au Dour Festival, le rap est devenu une véritable institution. Il fut l’un des premiers à programmer des artistes Hip Hop. Cette année encore, la programmation rap est plus longue que tous les bras de la rédac’ réunis (c’est dire!). Incapables d’être exhaustifs, on a donc choisi de vous partager nos 10 moments marquants en terre belge :

Pour un retour plus en détails sur les prestations rap, on ne saurait que trop vous conseiller la review vidéo d’OKLM.

1.    La prestation impeccable des vétérans américains Cypress Hill ne passant pas inaperçue et nous rendant tout nostalgiques à coup d’imposantes rimes.

2.   La première énorme fête populaire (et de famille) de cette édition que fut le concert du rappeur caennais Orelsan.

3.     L’OVNI Vald a retourné le festival en posant des rimes techniques et électriques.

4.    Alpha Wann, toujours élu kicker francophone de l’été 2019. #Fan

5.    ScHoolboy Q remplaçant A$AP Rocky au pied levé, pour notre plus grand plaisir.

6.    Damso, l’une des têtes d’affiche belges de cette édition, fidèle à lui-même, déversant son flow sombre sur l’avant-dernière nuit de fête.

7.    Roméo Elvis exalté et heureux d’être à la maison. Après avoir vécu Dour à plusieurs reprises en tant que festivalier, puis en tant de rappeur, Roméo Elvis est aujourd’hui en tête d’affiche et se produit sur la plus grande scène du festival. #MainStage

View this post on Instagram

Caption this! 🤣 📷 @aurelienfon_

A post shared by Dour Festival (@dourfestival) on

8.    Kaytranada, tant attendu et venu d’une autre planète (Montréal), nous proposant une expérience immersive pleine de rebondissements.

9.    Les Flatbush Zombies qui ont plus que représenté la East Coast dans le cadre de leur tournée Escape From New York.

10.    Action Bronson qui a fait sauter la Last Arena à grand coup de punchlines.

A tous les adeptes de hip hop (et de sensations fortes), Dour est fait pour vous. Les performances scéniques et les grands noms s’enchaînent (Vince Staples, Jay Rock, Youssoupha, Josman, Jazzy Bazz, Dinos, SCH, Lord Esperanza, Le Motel…), si bien que l’on pourrait presque parler de marathon du rap.

On peut dire qu’on a fait exploser notre jauge de rap pour l’été, et on en redemande !

Une belle avancée pour le rap, qui n’a plus de preuves à faire pour être plébiscité et demandé par le public. Bravo à ces programmateurs de festivals qui font le pari de faire appel à des artistes encore sous-représentés dans les médias mais surreprésentés dans les playlists françaises et internationales. On ne peut pas tous les citer, mais cette année encore ils sont de plus en plus nombreux. Le rap et les festivals ont encore de beaux jours devant eux. Et on sera là pour les vivre avec eux.

Et parce que l’on n’a pas vu que des shows de rap, les coups de cœur de la rédaction : les concerts explosifs de French Kiwi Juice alias FKJ dans les deux festivals et son talent envoutant pour le live, la mélodieuse et entraînante Yaeji ou encore Pendulum, le géant de la drum&bass.

Marie Nonell & Boris Legendre

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s