La rentrée culturelle féminine (et féministe!)

E

n cette rentrée scolaire, le tragique sujet des féminicides et des violences faites aux femmes est au CŒUR de l’actualité politique et médiatique. On s’est dit que les arts étaient sans conteste un atout majeur pour réfléchir à l’evolution du statut de la femme, c’est pourquoi on vous propose une chronique culturelle de rentrée 100% féminine (et féministe).

1. Nos conseils lecture 

Les joies d’en bas, tout sur le sexe féminin

Ecrit par deux futures médecins, ce livre devrait être connu de tous, que vous soyez homme ou femme, adolescent ou senior. En près de 500 pages (que l’on dévore!), il déconstruit tous les mythes et fausses vérités que vous pensiez connaître sur le sexe féminin. Ce cousin éloigné du Guide du zizi sexuel de Zep nous dépeint (enfin!) le sexe féminin sous toutes ses coutures. On y apprend, entre autres, la vérité sur les mythes de l’hymen, de l’orgasme vaginal, ou encore du point G ! C’est aussi un réjouissant recueil de tous les sujets que l’on croit connaître sur le bout des doigts, comme le clitoris, la contraception, les menstruations ou même l’anatomie. Le cadeau idéal pour vos ados, amis, dernier(e)s partenaires en date, mais surtout pour toute femme souhaitant mieux connaître son sexe afin d’en être fière !

Par Nina Brochmann & Ellen StØkken Dahl, Editions Actes Sud

 

Vous pouvez même visionner la vidéo de Brut. à ce sujet :

Sorcières, la puissance invaincue des femmes

On ne présente plus Mona Chollet, journaliste au Monde Diplomatique et essayiste féministe. Son essai Sorcières, la puissance invaincue des femmes est déjà devenu un best seller avec plus de 120 000 exemplaires vendus. Il met en lumière les femmes refusant de suivre les injonctions sociales de leur temps et par conséquent réduites au statut de sorcières. Du Moyen-âge à nos jours, les femmes différentes, hors du cadre, ont toujours été envisagées comme des figures étranges, que l’on brûlait à l’époque sur des bûchers, que l’on pointe aujourd’hui ostensiblement du doigts sur les réseaux sociaux ou dans la rue. Mona Chollet se penche sur 3 types de femmes, depuis toujours décriées: les femmes indépendantes,  faisant le choix de rester célibataires; les femmes sans enfants; et enfin les femmes âgées, encore aujourd’hui dévalorisées. Cet ouvrage est incontournable pour toutes celles (ou ceux) s’interrogeant sur le statut de la femme et les carcans sociaux qui dictent certains de leurs gestes. Pourquoi certaines femmes se sentent-elles obligées d’être en couple, de donner la vie, ou encore d’être « féminines », de s’épiler ou de teindre leur cheveux blancs ? Est-ce leur souhait profond ou simplement l’influence de la société et de leurs pairs qui dicte leurs choix ?

Par Mona Chollet, éditions La Découverte 

Le PouvoiR

Le roman est lui aussi un genre particulièrement efficace et résonnant pour parler de féminisme. On citera notamment le best-seller de Margaret Atwood, La Servante Écarlate qui a su utiliser avec brio la fiction pour faire réfléchir sur le statut des femmes. Dans le même style, je vous conseille la lecture du roman Le Pouvoir par l’anglaise Naomi Alderman. Que deviendrait notre société si brusquement toutes les femmes dépassaient physiquement les hommes, capable de les tuer par un simple contact, faisant ainsi d’eux « le sexe faible » ? C’est la question sur laquelle s’est penchée l’auteure anglaise, en imaginant un nouvel ordre mondial.

Par Naomi Alderman, Le Livre de Poche

une apparition

 

View this post on Instagram

 

Y a pois à dire. It means : dot com. @turquoise.hydra #havaianas #fonelleamisça (Photo @dominolattes) @nathaliedolivo #sophiefontanel

A post shared by SophieFontanel (@sophiefontanel) on

 

La journaliste de mode et écrivaine française Sophie Fontanel illumine  Instagram de son naturel, de sa poésie et de son talent pour la dérision. En 2017, elle sort son 14ème roman, Une apparition où elle raconte comment à 53 ans elle a décidé de ne plus se teindre les cheveux, afin notamment de ne plus suivre les diktats sociétaux. Elle raconte ce changement de vie comme une véritable naissance, En refusant de cacher ses cheveux grisonnants, c’est une guerre contre les colorations et pour l’acceptation de soi qu’elle lance. Et oui, les femmes aux cheveux blancs sont peu représentées dans nos imaginaires collectifs (ou comme des sorcières, cf. Mona Chollet). Faute de modèles et de références, leur beauté n’est donc pas reconnue par la société, voire violemment niée. On est bien loin de la fascination collective pour les hommes aux cheveux poivre et sel. Une Apparition, c’est en quelque sorte un manifeste pour le droit de vieillir et d’assumer pleinement son avancée dans l’âge et l’évolution de son corps de femme. C’est un livre à découvrir impérativement, que l’on soit quinquagénaire ou trentenaire, pour tout simplement ouvrir les yeux et dépasser les barrières sociales qui vampirisent les femmes et leur rapport à leur chevelure. Sophie Fontanel, qui avait déjà traité d’un autre sujet quasi tabou qu’est l’absence de vie sexuelle dans L’Envie, est incontestablement un modèle à suivre.

Par Sophie Fontanel, Editions Robert Laffont

Pour encore plus de bons conseils de lectures féministes, on vous conseille le site collaboratif Missives mettant en avant des livres osés et féministes.

2. Nos conseils sorties

Les journées du Matrimoine

Le week-end du 21 septembre se tiendra la 5ème édition des Journées du Matrimoine, organisée par l’association HF Île de France, en partenariat avec la Mairie de Paris. Ces journées font écho aux célèbres Journées du Patrimoine et ont pour mission de rendre visibles les créatrices du passé qui ont œuvré dans toutes les disciplines artistiques mais que l’Histoire a souvent effacé. L’association a lancé un appel à projets dans plusieurs disciplines artistiques pour proposer une quinzaine d’animations gratuites et ouvertes à tous entre Paris, Nanterre et Courbevoie. Au programme, des animations et ateliers originaux mettant à l’honneur les femmes du passé et du présent : la visite de l’atelier de restauration de tableaux de Marguerite Jeanne Carpentier (1886-1965), peintre, graveuse et sculptrice, avec la restauratrice et conservatrice du Musée Elise Rieuf ; Visite de la Halle Pajol, héritage industriel du XIXe siècle, réhabilitée par Françoise-Hélène Jourda (1955-2015), architecte engagée en faveur du développement durable dans la construction, avec L’association MéMO (Mouvement pour lÉquité dans la Maîtrise d’Œuvre) ; ou encore visite théâtrale du Cimetière Père Lachaise autour des tombes de plusieurs femmes artistes avec l’association Womenability. Des ateliers et animations qui nous inspirent et qui nous invitent à voir l’Histoire et les arts d’un autre point de vue et de nous constituer un héritage culturel plus juste.

Le  programme complet :

Marie Nonell

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s